Nils Landgren, le suédois qui groove
Le Titre De La Semaine

LTDLS #8 : Nils Landgren – Redhorn

Et si le funk n’était pas que l’apanage des anglos-saxons ? Ce n’est pas à Nils Landgren et sa Funk Unit que l’on dira le contraire ! Le tromboniste suédois, vieux routier de la funk et du jazz, est un musicien de studio réputé qui a tourné avec les plus grands (il dépasse les 500 collaborations avec des artistes renommés, comme ABBA et Herbie Hancock !).

Avec une vingtaines d’albums perso à son compteur, Nils est également un talentueux compositeur. Entre 1992 et 1994, il fonde le Nils Landgren Funk Unit, son big band, avec lequel il créera tous ses plus grands hits.
Cette semaine, découvrez Redhorn, joyeux mélange de jazz et de funk aux cuivres punchy à la Maceo Parker, et le tout en live !

Après une entrée classique à la batterie, la guitare à la pédale wah wah et le clavier Rhodes chauffent l’ambiance. Le maestro entre en scène à partir de 1min, avec son trombone rouge (le fameux « red horn » dont il est question dans le titre) sur un solo crescendo qui s’allonge sur près de quatre minutes ! Le saxo prend la relève, ponctué par le clavier et la basse sautillants, tout en jazz chromatique. Enfin, à partir de 10 min, le guitariste ouvre un solo plutôt bluesy à grand renfort de saturation, puis de wah wah. Amis guitaristes, remarquez d’ailleurs la Gibson ES-335, qui convient parfaitement à un funk jazzy comme celui là, plus propre qu’une Stratocaster. Mais c’est clairement le trombone qui vole la vedette ici : comme quoi, pas besoin de guitare pour avoir un son funk !

En bref : du concentré de funk en costard (ça change de Rod Stewart non ?), du groove nordique en nœud pap, et des cuivres qui donnent envie de faire du hula hoop !